MYRRHA, seule infrastructure belge reprise dans la liste européenne des grands instruments de recherche

La Commission européenne soutient MYRRHA dès les débuts du projet. En 2010, au travers de son Forum stratégique sur les infrastructures de recherche (ESFRI), elle a placé MYRRHA sur la liste hautement prioritaire des grandes infrastructures de recherche pour l’énergie. En sélectionnant l’installation polyvalente belge, l’Europe s’assure de rester à la pointe de la recherche en matière de sécurité énergétique et de lutte contre les changements climatiques.

Ces futurs grands équipements scientifiques européens en développement ou en construction ont pour mission de contribuer à trouver des réponses sûres et durables aux grands défis socio-économiques et environnementaux de notre société à travers la recherche et l’innovation.

"MYRRHA a reçu une double reconnaissance européenne, d'une part en étant placé sur la Feuille de route 2010 de l'ESFRI au titre de grands équipement scientifiques, et d'autre part en voyant sa technologie sélectionnée pour les réacteurs de fission - alliage de plomb et de bismuth - comme l'une des trois technologies de l'initiative industrielle européenne pour une énergie nucléaire durable (ESNII). La volonté européenne est d'accélérer ainsi le développement et le déploiement sur le continent d'un ensemble de technologies à faible émission de carbone (CO2)," explique Hamid Aït Abderrahim, directeur général adjoint du SCK-CEN.

Cette semaine démarre, comme cela se fait tous les 2 ans, une réévaluation de tous les projets prioritaires. Fin 2017, décision sera prise pour MYRRHA de demeurer sur la liste prioritaire jusqu’en 2020.

"La Belgique est plus que jamais déterminée à rester à l’avant-garde de l’innovation technologique nucléaire. Comme le prouve le projet MYRRHA, nous continuons à investir dans la recherche nucléaire afin de maintenir et de renforcer le développement de notre expertise et de nos infrastructures. Les solutions technologiques offertes par MYRRHA sont essentielles pour les générations futures, elles vont réduire l’empreinte écologique des déchets nucléaires et garantir une production fiable de radio-isotopes médicaux pour tous." explique Marie Christine Marghem, Ministre de l'Energie, de l'Environnement et du Développement durable.

     De gauche à droite:
     Hamid Aït Abderrahim
     Alberto Fernandez Fernandez
     Quang Tran Minh
     Marie Christine Marghem
     Norbert Meyer
     Laurence Lenoir
     Derrick Gosselin