Dans l'espace

> Protection des astronautes
> L'utilité des bactéries durant de longues missions spatiales

Dans l'engin spatial, le rayonnement cosmique provenant essentiellement du soleil et des étoiles, est cent fois plus important que sur la terre. Il est donc très important de savoir en permanence à quelle dose les astronautes et la capsule spatiale sont exposés. Le SCK•CEN développe des dosimètres qui accompagnent les voyages spatiaux et effectuent des mesures à l'intérieur et à l'extérieur de la capsule.
Par ailleurs, nous soutenons la recherche spatiale en étudiant le comportement des bactéries au cours de ces missions et en suivant la santé des astronautes. Ces recherches s'effectuent tant dans l'espace que sur terre où des situations semblables peuvent être reproduites.

Protection des astronautes

Un voyage dans l'espace affecte le système immunitaire des astronautes. En cause, différents facteurs: l'apesanteur, le rayonnement cosmique, l'isolement et l'inévitable stress. A la demande des agences spatiales européennes, américaines et russes, le SCK•CEN effectue des contrôles sanguins des astronautes à l'issue d'un long voyage spatial. Nous assurons ces analyses au moyen de techniques biochimiques et moléculaires avancées.

Lors de longs vols, comme sur Mars - au cours duquel un voyage aller/retour dure 1,5 ans - l'exposition prolongée au rayonnement est inévitable. La sensibilité au rayonnement cosmique diffère fortement chez les gens et donc aussi chez les astronautes. Une exposition chronique peut conduire à des effets nocifs sur la santé et augmenter sensiblement le risque de cancer. A cet effet, il est important de collecter un maximum d'information. Ici aussi le SCK•CEN joue un rôle important.

Le SCK•CEN a déjà expérimenté la sensibilité au rayonnement cosmique de l'épiderme. Nous avons envoyé des cellules épidermiques humaines durant 12 jours dans une expérience spatiale de longue durée autour de la terre. Par ailleurs, nous étudions l'influence de l'apesanteur sur les cellules humaines. Au cours des simulations, nous avons constaté que cela peut avoir une incidence importante sur la forme des cellules et leur développement.

Les veines sont également sensibles aux circonstances spatiales. C'est ainsi qu'augmente le risque d'hémorragie. Le SCK•CEN prend également part à une expérience pour examiner de près les effets de l'apesanteur sur les vaisseaux sanguins humains.

 

L'utilité des bactéries durant de longues missions spatiales

Lors de missions spatiales de longue durée - quelques années, par exemple - il est impossible d'emporter avec soi suffisamment d'oxygène, de nourriture et d'eau potable. En collaboration avec de nombreux partenaires, le SCK•CEN a développé des solutions biologiques afin de recycler les déchets (eaux usées, dioxyde de carbone et matières organiques) en eau potable, oxygène et nourriture.

De nombreuses bactéries sont mises dans des bioréacteurs pour détruire la matière organique et la transformer en minéraux et produits alimentaires utilisables. Les bactéries sont étudiées en détail dans nos laboratoires. Le SCK•CEN examine leur comportement ainsi que leurs fonctions de décomposition dans des situations d'apesanteur et sous de fortes doses de rayonnement.

A cet effet, non seulement des bactéries font partie des voyages spatiaux mais les circonstances spatiales sont également simulées dans nos laboratoires au moyen de diverses sources de rayonnement et techniques de culture.

Pour protéger au cours de missions spatiales les astronautes et le matériel contre les bactéries indésirables, il est important de contrôler quelles sont les bactéries et moisissures présentes dans le vaisseau. Diverses organisations spatiales font appel à notre savoir-faire pour des mesures et expériences.

Brochure sur la recherche spatiale 

Recherche en microbiologie

Plus d'information sur notre ‘Science Platform’ (en anglais)