Le SCK•CEN fête le 150e anniversaire de Marie Sklodowska-Curie

Les radio-isotopes produits par le SCK•CEN sont encore utilisés pour la curiethérapie


Le mardi 7 novembre 2017, le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK•CEN) fête le 150e anniversaire de la naissance de Marie Sklodowska-Curie. Marie Curie a ouvert la voie à la physique et à la chimie nucléaires, mais également à la radiobiologie et la cancérothérapie. Cette journée est dédiée à l’une des pionnières des sciences, ainsi qu’aux 120 ans de recherche internationale en radiobiologie. Les jeunes élèves de l’école européenne de Mol témoignent dans une vidéo de l’influence que Marie Curie exerce encore aujourd’hui.


Une scientifique d’exception

Marie Sklodowska-Curie est une des premières femmes scientifiques. Grâce à ses travaux, elle fait figure de précurseur. En 1898, trois ans après la découverte des rayons X par Röntgen et deux ans après la découverte des matières radioactives par Becquerel, Marie Curie constate, avec son mari Pierre Curie, que l’uranium en émettant des rayonnements se transforme en d’autres éléments. Elle a nommé «polonium» l’un de ces éléments en référence à son pays natal, la Pologne, et l’autre «radium», mot composé à partir de la racine latine signifiant «rayon». Les recherches de Marie Curie ont été récompensées à deux reprises par un prix Nobel, l’un en physique et l’autre en chimie. Elle est la première femme à se voir décerner un prix Nobel. En 1903, elle partage le Nobel de physique avec son mari Pierre Curie et Henri Becquerel. Elle est également la première femme à recevoir un second prix Nobel en 1911.

Sa découverte du radium a jeté les fondements de la médecine nucléaire et notamment de la radiothérapie. La radiothérapie actuelle comporte deux techniques, dont la curiethérapie. Cette dernière utilise l’irradiation et doit son nom à Marie Curie et à sa découverte du radium. Au SCK•CEN, le Belgian Reactor 2 (BR2) joue un rôle crucial dans la production de différents types de radio-isotopes médicaux. Ces radio-isotopes servent entre autres dans le traitement du cancer et sont encore utilisés pour la curiethérapie.

Marie Sklodowska-Curie et la Belgique

Pendant la première guerre mondiale, Marie Curie utilise le radium à des fins médicales. Ses « petites Curies », de petites voitures munies d’appareils de radioscopie, parcouraient les routes pour permettre l’analyse des blessures des soldats. Marie Curie s’est rendue 11 fois en Belgique avec ses « petites Curies ». Accompagnée de sa fille Irène, elle apportait ses connaissances en radiobiologie médicale aux hôpitaux du front de l’Yser et de la région d’Ypres. Ces connaissances, elle a su les transmettre aux médecins et infirmiers. Elle a également installé de nombreux appareils dans ces hôpitaux.

En 1915, un géologue de l’Union minière découvre de l’oxyde d’uranium au Congo. Ce minerai d’uranium a été ramené en Belgique après la première guerre mondiale. L’Union minière a alors construit une première usine de radium à Olen, non loin de Mol. En 1921, Marie Curie a rendu visite à cette usine. Le radium, cet élément qu’elle avait découvert, y était purifié en grande quantité pour être ensuite utilisé en médecine, notamment en radiothérapie pour le traitement des cancers. Avant la seconde guerre mondiale, plus de la moitié du radium utilisé à travers le monde était produit dans l’usine d’Olen. Cette production jouera plus tard un rôle crucial dans l’industrie belge du radium et a permis à la Belgique de dominer le marché mondial dans les années 1920 et 1930. Après la seconde guerre mondiale, d’autres radionucléides ont commencé à être utilisés pour la radiothérapie.

« Il ne faut jamais oublier les pionniers. Marie Curie a fait avancer la recherche scientifique, nous en récoltons toujours les fruits ! Ma carrière scientifique a démarré grâce à elle : mon doctorat portait sur le gaz noble connu sous le nom de radon. Marie Curie est un exemple pour les scientifiques dans la façon dont elle a approché la science.» explique Hans Vanmarcke, chef du groupe d’expertise Biosciences interdisciplinaires et président du comité scientifique des Nations unies UNSCEAR.

Inauguration au SCK•CEN

Ce 150e anniversaire ne pouvait passer inaperçu. Le SCK•CEN a rassemblé une multitude d’experts issus de disciplines variées afin de discuter toute la journée des découvertes de Marie Curie et de leurs applications. Dans le courant de l’après-midi, une délégation officielle inaugurera une aile du laboratoire radiobiologique en lui donnant le nom de Marie Sklodowska-Curie. Enfin, les élèves de primaire et de secondaire présents témoigneront de l’importance de Marie Curie dans notre société.

 

De gauche à droite:

Hans Vanmarcke, chef de groupe d'expertise interdisciplinary biosciences
Eric van Walle, directeur général du SCK•CEN
Christian Legrain, secrétaire général du SCK•CEN
Joanne Doberszyc-Toulsaly, Ministre-conseiller, Ambassade polonais
Sarah Baatout, chef d'unité Radiobiology
Frank Deconinck, membre du Conseil d'administration
Hildegarde Vandenhove, directeur d'institut Environment, Health and Safety

Pour montrer votre soutien à "Le jour de la radiobiologie et de la médecine", nous vous invitons à visiter cette page