Il y a 25 ans déjà, le premier Belge voyageait dans l’espace. Dans la foulée de Dirk Frimout, de Frank De Winne, peut-être irez-vous bientôt sur Mars?

Ce vendredi, dans la World Space Week, le SCK•CEN fête le 25e anniversaire de la recherche spatiale en Belgique. L’occasion de revenir sur les missions spatiales des astronautes belges Dirk Frimout et Frank De Winne, les progrès scientifiques enregistrés et un avenir prometteur qui rendra un jour possible les voyages vers Mars. C’est dans ce cadre que Sarah Baatout, chercheuse au SCK•CEN, partira en mission scientifique à la station antarctique belge Princesse Élisabeth en décembre prochain.

Ce 25e anniversaire a rassemblé près de 200 professionnels, étudiants et scientifiques au centre de recherche de Mol. Le SCK•CEN joue un rôle de premier ordre dans la recherche internationale sur les effets de l’exposition aux rayonnements ionisants sur le corps humain et son environnement. Ces recherches en radioprotection permettent aux scientifiques de mieux comprendre le fonctionnement du corps d’un astronaute dans l’espace. Grâce à ces avancées technologiques, le SCK•CEN contribue au développement d’applications qui permettront, un jour, d’envoyer des astronautes sur Mars.

« Les scientifiques et astronautes belges assument un rôle de premier plan dans la recherche et le développement dans le domaine spatial. Les scientifiques et astronautes collaborent étroitement dans toutes les découvertes spatiales actuelles et futures  Ce que nous avons accompli ces 25 dernières années est incroyable, mais nous pouvons accomplir encore plus.», raconte Frank De Winne.

Mission scientifique en Antarctique

Le SCK•CEN lance régulièrement des expériences en orbite. Plusieurs projets d’envergure démarreront cet automne. Fin novembre, le premier bioréacteur du SCK•CEN sera envoyé vers la Station spatiale internationale (ISS). Deux semaines plus tard, Sarah Baatout, chef de l’unité Radiobiologie du SCK•CEN, s’envolera pour la station antarctique Princesse Élisabeth. Elle y étudiera l’impact des conditions extrêmes (confinement, stress, isolement,…) sur le système immunitaire humain, ainsi que les propriétés protectrices de la spiruline en tant que supplément nutritionnel pour les astronautes. Elle partagera quotidiennement son expérience avec les élèves de plusieurs écoles belges via des sessions de vidéoconférence.

«Notre mission scientifique à la station Princesse Élisabeth est un important pas pour le SCK•CEN et sera une source d’informations considérable pour nos recherches spatiales et médicales. Les partager chaque jour avec des étudiants m’enthousiasme. J’espère inspirer les jeunes pour les sciences et les stimuler à s’épanouir», explique Sarah Baatout, chef de l’unité Radiobiologie du SCK•CEN.

Ces jeunes, les astronautes de demain

Dans son discours, Dirk Frimout a souligné l’importance de la science et de l’enseignement. « Les missions spatiales existent depuis 60 ans et sont primordiales pour la science, la technologie, l’économie et surtout l’enseignement. Il est du devoir d’un astronaute de partager ses connaissances avec les générations futures. L’espace en appelle à l’imagination des jeunes et peut les amener à s’intéresser aux sciences. Notre société actuelle a besoin de jeunes avec un bagage scientifique et technique ».

L’imaginaire des élèves en orbite

Au cours de cette journée, les élèves de maternelles, primaires et secondaires de l’école européenne de Mol ont rivalisé de créativité pour confectionner casques en papier mâché, dessins, fusées et autres objets spatiaux. Plusieurs prix ont été décernés à ces élèves en orbite, qui ont également eu l’occasion de poser des questions-réponses à l’astronaute Frank De Winne. 

 

        Photo:
     Frank De Winne
     Sarah Baatout, chef d'unité Radiobiologie