Un peu d'histoire

L'histoire du SCK•CEN remonte à l'année 1952. En voici jusqu'à ce jour, les principales étapes.

2012  Le SCK•CEN crée l'Academy for Nuclear Science and Technology, dont l'objectif est de regrouper nos activités sur le plan de la formation et du training.
2012  Le SCK•CEN célèbre ses 60 ans d'existence.
2011  Grâce au projet européen GUINEVERE, le SCK•CEN a réalisé le premier modèle de démonstration au monde d'un réacteur avec un coeur entièrement en plomb piloté par un accélérateur de particules.
2011 Suite à l'accident nucléaire de Fukushima, le SCK•CEN propose des activités d'appui: analyses, mesures, conseils,…
2010  Le SCK•CEN célèbre 35 ans de recherche de fusion.
2010  L'Europe considère MYRRHA comme infrastructure de recherche prioritaire pour la sûreté énergétique et la lutte contre le changement climatique.
2010  Décision du gouvernement fédéral d'appuyer financièrement le projet MYRRHA.
2010 Inauguration de GUINEVERE: un pas en avant dans la recherche relative aux systèmes pilotés par accélérateur.
2009  Coordination par le SCK•CEN de la recherche belge de fusion dans le cadre "d'une approche élargie" de la fusion nucléaire.
2008 Démolition par le SCK•CEN de la cheminée du réacteur BR3; une étape importante dans le démantèlement de cette infrastructure.
2006  Le SCK•CEN subit une réorganisation selon laquelle trois instituts scientifiques sont constitués. Chaque institut étudie un domaine spécifique des applications nucléaires. Un quatrième institut prend en charge la communication, les services d'appui et l'administration.
2006  Le SCK•CEN célèbre les 50 ans du réacteur NR1 et son expertise autour de la dosimétrie.
2004  Le SCK•CEN ouvre de nouveaux laboratoires destinés à la recherche en radiobiologie, radio-écologie et astronautique.
2002  Le SCK•CEN célèbre ses 50 ans d'existence.
2001  En collaboration avec cinq universités belges, le SCK•CEN démarre la formation ‘Master in Nuclear Engineering’.
1999  Le SCK•CEN ôte la cuve du réacteur du BR3.
1999  Le projet de recherche MYRRHA prend forme.
1998 Le SCK•CEN intègre les sciences humaines et sociales dans ses programmes de recherche.
1996  Le réacteur BR2 entreprend d'importants travaux de rénovation.
1995  Un grand programme de recherche (GIE PRACLAY, devenu GIE EURIDICE ultérieurement) prend son envol sous la forme d'un groupement d'intérêt économique regroupant le SCK•CEN, l'ONDRAF et d'autres partenaires. Son but: examiner si les déchets nucléaires peuvent être enfouis de manière sûre dans des couches d'argile, en sous-sol.
1991  Les activités non nucléaires du SCK•CEN sont transférées au VITO, institution flamande en charge de la Recherche Technologique. Les deux institutions fonctionnent en bons voisins sur le même site mais développent leurs activités de manière autonome.
1987  Le réacteur BR3 à eau pressurisée est mis à l'arrêt. S'ensuit le premier programme de recherche en Europe occidentale, pour démanteler pareil type de réacteur.
1986  Le SCK•CEN participe aux activités de mesure suite à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.
1974  Le SCK•CEN démarre un programme de recherche autour de la possibilité de stocker les déchets radioactifs dans le sous-sol.
1970  Le SCK•CEN étend ses activités au secteur non nucléaire.
1964  Le réacteur VENUS est opérationnel.
1962  Démarrage du réacteur BR3 à eau pressurisée. Un an plus tard, les chercheurs introduisent dans ce réacteur, des crayons de combustible enrichis au plutonium.
1961  L'essor du SCK•CEN se poursuit par la mise en fonctionnement du réacteur BR2.
1957  L'institution change de nom et devient depuis, le SCK•CEN (Studiecentrum voor Kernenergie - Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire).
1956  Le réacteur belge 1 (BR1) entre en fonctionnement. 
1954  La construction des bâtiments techniques et administratifs démarre.  
1953  Le centre d'étude nouvellement créé, décide de s'établir à Mol et acquiert à cet effet, les terrains nécessaires.
1952  Le gouvernement belge crée le Centre d'Etude pour l'Application de l'Energie Nucléaire (en abrégé, le STK-CEAEN, Studiecentrum voor de Toepassingen van Kernenergie).

Plus details dans notre brochure historique